Marcel, le point d'exclamation "!" et moi


Marcel à la planche à dessin.

Les photos du transfert du pou de Marcel au Musée d'angers Marcé.

C'est une belle histoire que celle qui me fit rencontrer Marcel il y a environ 20 ans. Marcel habitait avec Madeleine une maison pas très éloignée de la mienne et il m'arrivait souvent de disparaître dans la grange où je me retrouvais dans l'habitacle d'un HM360 rouge pour de longs vols imaginaires.
Mais revenons à Marcel.
Quand il avait mon age, Marcel rêvait aux choses de l'air et se passionnait pour l'aviation. Inscrit à l'aéroclub de Boulogne, "section aviation légère & Pou du ciel" en 1934 il commence la construction d'un planeur AVIA 15 A.
AVIA 15 A C'est l'époque des avions de record mais aussi l'apparition de l'aviation populaire sous l'impulsion de Henri Mignet et de son Pou du ciel.
Marcel participe aux expositions dans les musées et communique sa passion aux promeneurs. C'est au cours de l'une de ces expositions qu'un monsieur l'interpelle et lui demande ce qu'il aimerait faire plus tard. Marcel rève de travailler dans l'aviation. Le monsieur lui demande donc de se présenter le lundi suivant chez Caudron.
Et voilà comment Marcel se retrouve engagé comme mécano sur Bloch 220 dans les ateliers Caudrons.
Au moment de la pause déjeuner, Marcel file derrière les baches du fond de l'atelier qui cachent le Typhon décoré à la feuille d'or. Cet avion de course était conçu pour la course Istres/Damas. Marcel est très vite remarqué pour l'intérêt qu'il porte au Typhon et il est rapidement "Viré de son service".......... pour travailler sur l'avion de course. Marcel est aux anges et peut assouvir sa passion.
En 1934, Henri Mignet publie son livre que Marcel dévore avec passion. Il se lance dans la construction d'un HM14 et commence une correspondance avec le Saint Patron:
Lettre de Henri Mignet, 26 mars 1935

Cher monsieur et ami,

Je lis votre lettre avec beaucoup de plaisir. Vous ètes jeune. Vous sentez vibrer en vous une corde sensible. Elle a le temps de se développer, de s'affirmer. Ceux qui ne vibrent pas ce sont les zéros que l'on ajoute à un chiffre pour créer une foule, un nombre. D'autre part, "on sort de la médiocrioté en se donnant de la peine". Les amateurs de l'air se donnent de la peine, mais ils sortent tous de la médiocrité.
Vous n'ètes pas fortunés? Peu importe. Le moment viendra où vous aurez un peu plus d'argent, et alors vous pourrez donner plus de forme à vos ambitions. Pour créer, il faut de l'argent, mais il n'en faut pas en masse. Avec le système D... on se débrouille toujours, mème en aviation.
Je suis généralement à St Cyr le dimanche. Vous y verrez voler le petit Pou du Ciel...
Cordialement

Henri Mignet


Cet HM 360, construit par Mr LEGOUBIN, est sans doute l'un des plus beau qu'il m'ait été donné de voir. Ce pou faisait partie du paysage et curieusement j'ai attendu 1996 pour découvrir par hasard le livre de Henri Mignet dans une librairie. J'ai tout de suite eu le coup de foudre pour cette formule et je décidais illico de débuter la construction de « mon » Pou. Quand j'annonçais la nouvelle à Marcel et Madeleine, ceux-ci tinrent absolument à me rembourser l'achat du livre en cadeau !
Ce Pou, le « point d'exclamation ! », est motorisé par un magnifique moteur Salmson 9 cylindres en étoile et possède un train d'atterrissage très astucieux.

Le "!" fait référence au "?" qui traversa l'Atlantique. Noter la lisse/longeron de fuselage qui part de la cloison pare-feu et qui joint le bas de l'étambot (forme un accoudoir au niveau du cockpit). C'est cette lisse esthétique qui caractérise le fuselage du HM360 par rapport au HM293 et qui le rapproche du "fauteuil volant" qu'était le HM14.

le hm360de Marcel (profil 248 k) le hm360  vue aux trois quarts (180 k) Une vue très racée! avec mon pote Jean Marie aux commandes (245 k) Me voilà dans le pou de mon enfance (170 k)

Superbe moteur Salmson sans cache culbuteurs (ce qui implique une tête ravie et toute noir du pilote due aux projections d'huile) A noter aussi le très beau plateau du moyeu d'hélice.

le magnifique moteur Salmson 9 cylindres en étoile. Pas de cache culbuteurs! (200 k)

Ce sont des anneaux en caoutchouc qui assurent la suspension et l'amortissement (ces anneaux sont taillés dans une chambre à air de voiture). On peut en faire varier le nombre en fonction de l’efficacité souhaitée (il y a 42 anneaux de 35 mm de large par jambe de train). Le tout est caréné par une tôle fine pliée et fermée par une corde à piano (enlevée en vingt secondes). L'amortissement est très efficace et pendant des années j'ai cru que le Pou de Marcel avait des amortisseurs hydrauliques (Le frottement entre les plis de caoutchouc crée un amortissement puissant. Du talc est bien indiqué pour réduire l’usure).
Diamètre ext. du foureau: 28 mm
longueur tube foureau (prise depuis la rotule de liaison avec le fuselage: 670 mm
Diamètre ext. du plongeur: 25 mm
Longueur totale de l'amortisseur en charge : 800 mm
course totale: 120 mm
course au delà d'un chargement de 1 G: 80 mm

Très astucieux système de suspension réalisé avec des anneaux élastiques découpés dans une chambre à air. Notez le système de fixation du carénage avec une charnière piano (~300 k) Très astucieux système de suspension réalisé avec des anneaux élastiques découpés dans une chambre à air (~300 k) Henri mignet lors des éssais (~300 k) Henri mignet lors des éssais (~300 k)
page précédente écrivez moi page suivante